Les Néobanques peuvent s’inspirer de l’incroyable succès de Monzo

Avatar pour Jules

Jules

La néobanque britannique Monzo connaît une année en demi-teinte. Les résultats financiers annuels de 2022 montrent une entreprise en croissance rapide, mais au prix de pertes importantes. Cependant, depuis octobre 2022, Monzo est bénéficiaire et a même atteint la rentabilité après la fin de son dernier exercice fiscal.

Des années tumultueuses pour Monzo

Monzo a traversé des années mouvementées. Lorsque la COVID-19 a frappé, la néobanque a dû licencier du personnel, fermer des bureaux et a vu son fondateur Tom Blomfield quitter l’entreprise. Après une chute de sa valorisation à 1,3 milliards de livres en 2020, Monzo a su rebondir. Fin 2021, elle a levé 500 millions de dollars lors d’un tour de table pré-valorisation à 4 milliards de dollars, lui permettant de se renflouer tout en valorisant ses efforts.

Depuis, Monzo ne cesse de croître et, devenue bénéficiaire et rentable, elle peut financer ses propres efforts. Elle rejoint ainsi Starling, une autre néobanque britannique également rentable et en croissance grâce à la hausse des taux d’intérêt.

Monzo bénéficie de la hausse des taux d’intérêt

Voici les principaux résultats de Monzo, extraits de son rapport annuel :

  • Le revenu net d’exploitation de Monzo, défini comme les revenus moins les dépenses liées aux pertes sur crédit, a augmenté de 88% pour atteindre 214,5 millions de livres par rapport à l’année précédente.
  • Les dépenses (personnel, dépréciation et dépréciation, et autres coûts d’exploitation) ont également augmenté de 42% pour atteindre 330,9 millions de livres sur l’année.
  • La hausse des coûts de l’entreprise a pesé sur ses revenus plus importants, entraînant une perte de 116,3 millions de livres, en diminution de 2% par rapport à sa perte de 119 millions de livres en 2022.

Comment l’entreprise a-t-elle pu autant croître ? Ses frais nets et commissions ont augmenté de 64% pour atteindre 132,9 millions de livres par rapport à l’année précédente, grâce à une consommation accrue de ses clients et à l’attrait de ses offres d’abonnement Monzo Plus, Premium et Business. Le principal facteur de croissance reste néanmoins les revenus d’intérêts. Le revenu net d’intérêts a augmenté de 382% pour atteindre 164,2 millions de livres en 2022.

Cependant, cette croissance a un coût : les dépenses anticipées pour pertes sur crédit ont grimpé à 101,2 millions de livres en 2023, contre seulement 14 millions un an plus tôt.

La forte augmentation du portefeuille de prêts de Monzo a alimenté à la fois cette hausse des revenus d’intérêts et des provisions pour pertes sur crédit. Selon ses résultats, “le total des prêts bruts et avances aux clients” est passé à 759,7 millions de livres en 2023, contre 258,8 millions en 2022.

Monzo a également vu les revenus provenant des “espèces et soldes auprès des banques centrales” et des “actifs de trésorerie” augmenter de manière significative.

Comme Monzo l’a détaillé dans le rapport annuel :

Pour optimiser en toute sécurité le mix de notre bilan, maintenir une couverture appropriée et améliorer les marges tout en conservant la liquidité, nous avons utilisé une partie de nos soldes de trésorerie pour investir dans des actifs de trésorerie et pour permettre à nos clients de nous emprunter. L’augmentation du taux de base de 0,5% à 4,0% en 2023 a entraîné une augmentation de nos intérêts sur nos soldes de trésorerie de 43,7 millions de livres. L’augmentation des taux et la croissance de notre portefeuille de trésorerie à 2,7 milliards de livres, ont entraîné une augmentation des revenus d’intérêts de la trésorerie de 1 125% à 29,4 millions de livres (2,4 millions en 2022).

Ainsi, nous avons un autre exemple d’une entreprise fintech qui bénéficie de l’environnement actuel de taux d’intérêt élevés. Chaque entreprise est légèrement différente, mais elles partagent toutes l’élément central de l’augmentation des revenus liés aux intérêts ces derniers trimestres.

Enfin, compte tenu du fait que Monzo a réussi à passer dans le vert après la fin de l’exercice 2023, on peut en déduire que l’entreprise travaillait à atteindre la rentabilité tout au long de l’année. Si nous avions un décompte trimestriel de ses résultats, je m’attendrais à ce que nous voyions une amélioration séquentielle au fur et à mesure de la progression de l’exercice 2023 de l’entreprise.

Un bon moment pour être une néobanque

Après avoir vu comment Robinhood et Coinbase ont bénéficié de la hausse des taux d’intérêt et pris en compte les performances de Starling, nous avions l’intuition que le nouveau climat de taux d’intérêt allait se révéler bénéfique pour les fintechs de divers types. Avec les résultats de Monzo, nous disposons désormais de suffisamment de données pour être confiants dans notre perspective générale.

Nous pouvons voir une partie de notre thèse à l’œuvre dans les résultats de Nubank. La néobanque latino-américaine, qui vaut aujourd’hui plus de 30 milliards de dollars, avait ceci à partager dans son dernier rapport financier :

Les revenus d’intérêts et les gains (pertes) sur instruments financiers ont augmenté de 103% en glissement annuel, ou 105% en glissement annuel FXN, pour s’établir à 1 255,5 millions de dollars au premier trimestre 23. L’augmentation reflète principalement trois facteurs : (1) des revenus d’intérêts plus élevés dans le portefeuille de financement à la consommation, associés à l’expansion continue des prêts personnels et des cartes de crédit ; (2) le mix de crédit, principalement associé à l’augmentation des versements avec intérêts au sein du portefeuille de cartes de crédit ; et (3) la hausse continue des taux d’intérêt au Brésil (le taux de dépôt interbancaire ou “CDI”) qui a atteint 3,21% trimestriellement au premier trimestre 23 contre 2,42% trimestriellement au premier trimestre 22.

On observe donc un impact positif sur les performances des néobanques au Royaume-Uni et au Brésil, et probablement aussi aux États-Unis.

Quelles néobanques devrions-nous attendre à bénéficier de manière similaire ? Les bonnes nouvelles pourraient s’étendre à Chime, Varo et Current aux États-Unis, pour n’en nommer que quelques-unes. On peut s’attendre à ce que Revolut et Monese, au Royaume-Uni, bénéficient de gains similaires. N26 dans l’UE est un autre nom évident à garder à l’esprit.

L’économie est-elle assez forte pour davantage d’introductions en bourse de néobanques ? Certainement, mais avec des valorisations fintech encore si déprimées, nous doutons que de nouvelles introductions en bourse soient annoncées de sitôt. Néanmoins, les résultats de Monzo sont un rayon de soleil supplémentaire pour ce sous-secteur particulier du marché fintech en difficulté. Et en 2023, toutes les bonnes nouvelles sont les bienvenues.

Les Neobanques peuvent sinspirer de lincroyable succes de Monzo en

✍ Mis à jour le 28 novembre 2023

Notre sélection du moment, cliquez sur les images pour y accéder :

Revolut Lydia Nickel
Laisser un commentaire